Accueil| Présentation| Calendrier 2017| Actualités| Photos| Incentive, events & Charter| Livre d'or| Contact

IRENE VIII -1935

 

Mai - juillet 2006 : le diagnostic

alléger le voilier


Début mai 2006, Irene VIII s'élève dans le ciel de La Ciotat et se pose doucement sur un ber de Classic Works ; elle n'en bougera plus pendant les 16 mois suivants.
Les travaux commencent par un démontage de l'intérieur, de manière à accéder aux varangues, membrures et au pied de mat. Plutôt de mauvaises surprises : l'ensemble des pièces métalliques (Irene est à membrure mixte, acier et bois) s'avère très corrodé, en particulier dans les zones les moins accessibles. Le pied de mat est très endommagé.
plaque de cuivre
plaque de cuivre
A l'extérieur, le cuivre qui recouvrait les oeuvres vives est retiré. Très bonne surprise cette fois : l'état des bordés en pitch pin est extraordinaire, presque comme neuf. 100% des bordés d'origine seront conservés.

Août 2006 - mars 2007 : structure et diamants

coque interieure
pied de mat


Les membrures et les varangues les plus abimées sont changées ou doublées. Les boulons reliant les bordés aux membrures sont auscultés; la plupart cassent lorsque l'on cherche à les retirer; tous devront être remplacés.
etrave pitch pin
coque voilier
La rouille des boulons a abimé le bois autour du filetage : il faut impérativement renforcer les bordés avant de mettre en place les nouveaux boulons. 750 diamants de teck sont découpés, mis en place un par un, puis percés et traversés par les nouveaux boulons.
passage boulon dans la quille
Les boulons de quille, pièce essentielle de la structure axiale, doivent être changés. Après réflexion, il est décidé de ne pas déposer le lest - opération complexe et toujours risquée pour la coque - mais plutôt de pratiquer des "fenêtres" pour extraire des boulons et les remplacer, avant de recouler du plomb.

Avril - juillet 2007 : remontage et finitions



Les cadènes, elles aussi corrodées, sont changées, à partir d'un profil travaillé sur mesure.
L'intérieur est remonté progressivement; le moteur, entièrement révisée (il date de 1970) est de retour. Pour un peu, on habiterait de nouveau à bord.
La coque est poncée et repeinte. Un "toe rail" (sur le fargue) est installé - cela ce palliera pas entièrement à l'absence de filière, mais offre un minimum syndical de sécurité.
Tout est prêt pour la mise à l'eau !

30 juillet 2007 : mise à l'eau

Irene portée au dessus du chantier naval
Irene prête à être soulevée par la grue


Sortie du hangar : Le toit qui a abrité Irene depuis l'an passé s'ouvre pour laisser la belle s'envoler.
Irene survolant les eaux
lignes du bateau
Les puissantes grues Krupp soulèvent le bateau et l'amènent, par delà le grand bassin de carénage jusqu'au bout de la jetée des chantiers navals, où après un impressionant mouvement de 180° viennent amener Irene au niveau du quai.
passage boulon dans la quille
quelques secondes avant de toucher l'eau
Une fois le yacht de retour dans son élément la grue reste en place quelques heures. Il faut laisser le temps aux bordés de bois de se dilater pour qu'ils retrouvent leur étanchéité habituelle.